Endroit relaxant et respectueux

Bien que la naissance soit un processus normal, elle est loin d'être routinière. Les naissances au Centre de naissance et de bien-être d'Ottawa partagent cependant plusieurs similitudes et quelques différences importantes avec les naissances à la maison ou dans un hôpital. Toutes nos histoires commencent, par exemple, lorsqu'une femme entre en travail à 37 semaines de grossesse ou après. La femme appelle alors sa sage-femme ou lui envoie un message sur son téléavertisseur; la sage-femme évalue son travail au téléphone ou en personne.

Une fois que la femme est en travail actif, sa sage-femme l'informe qu'il est temps de se rendre au Centre de naissance. À son arrivée, une assistante du Centre de naissance accueille la femme, lui montre une chambre de naissance et la familiarise avec l'établissement tout en lui présentant les options possibles pour améliorer son confort et soulager sa douleur.

Un foyer loin de la maison

Alors que la femme s'installe dans l'espace qui lui est réservé, elle peut faire jouer de la musique, manger un plat cuisiné à la maison et incorporer les traditions qui sont significatives pour elle. Ses contractions sont maintenant fréquentes et intenses, et elle est incapable de marcher ou de parler pendant qu'elle en a. Elle peut gronder, grogner ou s'exprimer d'autres façons, et elle peut utiliser la grande baignoire d'accouchement.

Entre les contractions, la femme peut se promener dans la chambre et faire descendre le bébé avec l'aide d'un ballon de naissance, d'une chaise d'accouchement ou d'un harnais. Elle peut parfois choisir de relaxer dans la douche ou la baignoire d'accouchement, et elle peut même profiter de l'espace extérieur pour prendre un peu d'air frais. Pendant ce temps, sa sage-femme surveille son pouls, sa pression sanguine et ses autres signes vitaux, et elle surveille constamment sa santé et celle de son bébé.

Le moment de transition

Le travail d'une femme est maintenant vraiment intense. Ses contractions sont dorénavant de fortes vagues qui se suivent les unes après les autres, lui laissant peu de temps pour récupérer ses forces. Mentalement et physiquement épuisée, il se peut qu'elle dise de gros mots ou qu'elle remette en question sa capacité à accoucher de son bébé. Mais elle peut le faire. La sage-femme la rassure : la femme fait un travail extraordinaire et son bébé est presque là.

La deuxième sage-femme arrive et, ensemble, les deux professionnelles aident la femme à pousser et à accoucher de son bébé. Entre-temps, à une distance respectueuse, l'assistante du Centre de naissance s'assure que les sages-femmes ont tout le matériel dont elles ont besoin.

Un commencement naturel

Lorsque le bébé arrive, les sages-femmes notent l'heure exacte de la naissance et donnent à la femme son petit bébé, peau contre peau, pour qu’elle puisse le câliner. Une minute plus tard, la sage-femme vérifie l'apparence, le pouls, l'expression, l'activité et la respiration (test d’Apgar) du nouveau-né.

Une fois qu'il n'y a plus de pouls dans le cordon ombilical, les sages-femmes clampent le cordon et invitent la ou le partenaire de la femme ou un autre proche à le couper. Une des sages-femmes pèse ensuite le bébé et refait le test d’Apgar, pendant que l'autre aide la femme à expulser le placenta et s’occupe de réparer toute déchirure, s’il y a lieu.

Le bébé est bientôt de retour dans les bras de sa maman et cherche son sein. La sage-femme principale aide le bébé à bien prendre le sein et donne de l'espace à la famille pour vivre ces premiers moments ensemble. La femme prend ensuite le temps de se reposer, de recevoir la visite de la famille et même de prendre un repas chaud préparé par une assistante du Centre de naissance.

Dans les quatre heures suivant la naissance du bébé, la femme et son nouveau-né quittent le Centre pour aller à la maison. Là, la famille se repose, récupère et apprend à faire connaissance avec son nouveau-né dans un confort encore plus grand.